Biographie

Danielle Le Bricquir a étudié l’histoire de l’art à l’École nationale des beaux-arts de Paris, les techniques de la peinture dans les ateliers de Georges Arditi et Leonardo Cremonini et la littérature à la Sorbonne, où elle a soutenu sa thèse :

« Le groupe pictural Cobra et l’écriture », publiée aux éditions du Septentrion.

Elle vit entre son atelier de Bretagne et Paris, où elle exerce d’importantes responsabilités dans l’organisation du Salon d’automne. Elle est co-fondatrice du Salon d’automne international.

Danielle Le Bricquir expose aujourd’hui sur tous les continents. Elle fut l’invitée d’honneur du Lycée français de New York et a reçu le prix de peinture à la biennale d’Art et Littérature du Caire. Ses œuvres sont entrées dans des musées et des grandes collections privées.

  

Danielle le Bricquir – Rêve et mythe

Les œuvres que nous rencontrons dans nos pérégrinations subjectives dans les musées, les expositions et dans les livres d’art, modifient la perception que nous avons du monde, du paysage, de la figure humaine. Même les objets prennent une dimension différente, évoquant au-delà d’eux-mêmes, un monde ajouté, un supra langage murmurant.(…)

La fonction de la peinture est précisément d’agir sur nos sens et d’intensifier notre pouvoir de percevoir les choses réelles ou bien les souvenirs. C’est ainsi que le monde s’ouvre à nous à plusieurs registres et la réalité déferle sur nous à plusieurs voix.

Après des cours de peinture classique, éveillée par la liberté des artistes du mouvement Cobra, Danielle Le Bricquir peint autrement. Elle délie les formes et les perspectives. Elle fait perdre à l’espace ses repères et laisse travailler le temps semblable à une machine à faire remonter les images du passé. Les couleurs chaudes et froides se touchent, se superposent, entrapparaissent en créant un climat visuel à part. Sa chère Bretagne et ses mythes apparaissent à travers des transparences savantes. Les paysages vacillent comme les algues dans la mer et semblent situés dans la demeure de la Fée Viviane, au fond de l’eau.

Parfois ses personnages se détachent du fond paraissant découpés comme des bas-reliefs. Entre le fini et l’infini, le travail de la mémoire, et entre le mythe et la réalité, elle crée des correspondances oniriques. (…)

« Le mythe est un vestige conservé dans la vie psychique du peuple et le rêve est le mythe de l’individu.  » écrit Karl Abraham dans son ouvrage ‘Rêve et Mythe’.

Du rêve et du mythe, Danielle Le Bricquir en fait la matière de son œuvre.

Ileana Cornea – Critique d’art et journaliste à Artension

Paris – octobre 2014

 

Principales expositions depuis 2003 :

Salon d’Automne, Paris.

Salon “Comparaisons”, Paris.

Foire internationale d’art contemporain : “St’art, Strasbourg.

Salon international de Shanghaï, Chine.

Salon d’Automne, Sarria, Espagne.

Galerie Fan Fan des Mûres, Lyon.

Galerie Home’ART, Perros-Guirec

Galerie Flow, Florence Arthaud, Marseille.

Galerie « les remparts », Le Mans.

Gramercy Gallery, New York, USA.

Galerie Recto Verso, Luxembourg.

Musée de Tokyo, Japon.

Office Européen des Brevets, Münich, Allemagne.

Invitée d’honneur au Gala du Lycée Français, New York, USA

Salon de Chicago, USA

Galerie 32 Fine Arts, New York, USA

Galerie Otero, Saint Paul de Vence

Musée de l’Art en Marche, Lapalisse

Collection Céres Franco, Lagrasse

Galerie Françoise Souchaud, Lyon

Galerie Crous-Beaux Arts, Paris

Galerie Art’et Miss, Paris

 

Expositions en permanence : 

Collection de Céres Franco, Lagrasse.

Musée Guislain, Gand, Belgique.

Musée de la création Franche, Bègles.

Musée de l’Art en Marche, Lapalisse.

Musée Jakovsky, Nice.

Galerie “Otero”, Saint-Paul de Vence.

Fiesta galerie, Paris.

Galerie Recto Verso, Luxembourg.

Galerie Ohmoura, Tokyo.

Gramercy 32 Fine Arts Gallery, New York.